Aucun commentaire

Les omnipraticiens sont en colère !

Il aura fallu neuf mois au gouvernement du Québec pour finalement accoucher d’un document insignifiant dans le cadre de son premier dépôt en vue du renouvellement de notre Entente générale. Nous y avions pourtant mis énergie et conviction de notre côté. Le problème de la relève en médecine familiale et la pénurie que nous subissons nous avaient poussés sur les sentiers de la valorisation de la médecine familiale : formation, organisation des soins et rémunération représentant nos trois chevaux de bataille.

Nous avons fait le tour du Québec depuis deux ans et alerté la population qui, d’ailleurs, a très bien répondu à notre appel. Ne restait plus que le gouvernement ! Il nous avait pourtant précisé que la priorité du ministère de la Santé de 2010 à 2015 était la première ligne et l’accès à un médecin de famille !! Une chance…

Nous nous doutions que le chemin serait parsemé d’embûches, surtout à cause de la teneur de nos propositions. Nous étions convaincus cependant que le gouvernement serait à même de saisir l’importance de l’enjeu pour la santé des Québécois. De plus, nous n’avions pas que formulé des demandes, nous proposions aussi de nouvelles façons de faire puisque nous souhaitions une entente renouvelée et adaptée au 21e siècle.

Quelles ne furent pas notre surprise et notre déception dans ce contexte en recevant le dépôt du ministère de la Santé !

Visiblement, ces représentants n’ont rien compris ou refusent de le faire. Nous avons eu droit à un dépôt classique, qui ne cadre en rien avec les enjeux, avec nos propositions et surtout avec les priorités ministérielles ! Un dépôt méprisant, basé sur des conclusions prédéterminées qui ne tiennent pas la route.

Lorsqu’on veut rénover sa maison, il faut un plan et quelques sous pour y arriver. Je suppose que le même principe s’applique à la transformation d’un système de soins archaïque, dont le modèle actuel ne permet pas de livrer la marchandise.

En résumé, le gouvernement considère qu’un spécialiste en médecine familiale vaut 40 % de moins que les spécialités médicales amputées des quelques spécialités les mieux rémunérées !

On aurait voulu nous fouetter qu’on aurait pu trouver mieux. 40 % de moins ! Comme si cela n’était pas assez, le ministère de la Santé dont le titulaire, vous vous en souvenez, est un omnipraticien, souhaite encore accentuer cet écart en nous pénalisant de près de 7 % supplémentaire pour une supposée « non-productivité » des omnipraticiens.

Il nous offre donc, dans ce premier dépôt, un faramineux rattrapage de 4,24 % sur cinq ans, rattrapage qui serait lié à certaines mesures qu’il déterminerait.

Quant aux étudiants en médecine, je suis certain qu’avec le maintien d’écarts de rémunération brute de 57 % et nette de 78 % avec les spécialistes, leur choix de carrière sera facile à faire !

Si les médecins de famille n’étaient pas convaincus de la justesse de leur cause, ils le sont assurément maintenant.

Dans ces circonstances, nous avons décidé de retourner expliquer au ministère et au gouvernement la teneur des enjeux et la légitimité de nos propositions.

Chers confrères et consœurs, préparez-vous ! Nous ne sommes pas découragés, nous sommes en colère, et nous pensons que vous l’êtes aussi. La véritable bagarre commence, et elle ne se terminera que par la signature d’une entente satisfaisante pour les médecins de famille du Québec et pour sa population.

Dr Marc-André Asselin
Président

Écrire un commentaire

Vous devez être connecté en tant que membre pour écrire un commentaire.